La Mongolie, dans l’imaginaire collectif, c’est des grands espaces, des yourtes, un ciel infini, une culture nomade prônant l’accueil comme valeur inconditionnelle, des cavaliers intrépides… Et je n’échappe pas à la règle ! Après notre arrivée à Oulan-Bator, je n’ai qu’une hâte, prendre la route.

Voir les chevaux de Przewalski en liberté

Nous quittons Oulan-Bator en fin de matinée, direction le parc de Khustaï, où l’on peut apercevoir des chevaux de Przewalski en liberté. Le cheval de Przewalski est considéré comme le seul cheval qui n’a jamais été domestiqué. Alors qu’il avait disparu à la fin des années 60, des programmes de réintroduction menés avec des individus vivant dans des zoos ont permis de recréer des populations entièrement libres de chevaux de Przewalski en Mongolie, leur pays d’origine.

cheval de Przewalski

Sur la route, le dépaysement commence. Des troupeaux de chèvres et de moutons broutent le long de l’asphalte, tandis que nous nous arrêtons pour déjeuner dans l’herbe. Nos chauffeurs sont hyper organisés et déplient en quelques minutes tables et chaises pour tout le groupe !

cheval de Przewalski
Transport de chevaux à l’air libre, normal

Arrivés au parc Khustaï en fin de journée, nous passons les barrières de sécurité avant de partir sur les pistes à la recherche des chevaux de Przewalski. Un premier arrêt nous permet de voir un troupeau de cerfs et de biches qui paissent tranquillement au sommet d’une colline ! Je regrette un peu de ne pas avoir pris de jumelles, ni de zoom sur mon appareil photo.

cheval de Przewalski

Nous repartons ensuite vers un point d’eau où les chevaux viennent souvent s’abreuver, mais pas l’ombre d’une crinière ou le souffle d’un naseau… Alors que nous commençons à désespérer de les voir, un hennissement retentit dans le lointain : toute une troupe descend au galop en soulevant des nuages de poussière vers le point d’eau. Nous comptons une dizaine de chevaux, au moins un étalon vindicatif et plusieurs poulains.

Nous les observons émerveillés dans le soleil couchant pendant une trentaine de minutes avant que ceux-ci ne repartent vivre leur vie sauvage à l’abri de nos appareils photos !

cheval de Przewalski
En savoir plus sur le cheval de Przewalski

Après ces moments forts en émotion, nous allons vivre un autre moment très attendu : notre première nuit en yourte ! Le « camp » comprend une vingtaine de yourtes pour deux personnes, mais aussi des sanitaires et une salle pour se restaurer, ce qui est plutôt du luxe en Mongolie.

yourte en Mongolie

L’entrée de la yourte est une petite porte en bois fermée par un cadenas, par laquelle il faut se baisser pour entrer dans un intérieur plutôt cosy. Le sommet de la yourte est ouvert, destiné à laisser sortir la fumée lorsqu’on cuisine. Il peut être refermé en cas de vent ou de pluie. Ces yourtes sont bien sûr exclusivement destinées aux touristes. Celles où vivent les familles mongoles sont tout aussi bien arrangées, mais plus remplies que celle-ci !

yourte en mongolie

Les jeux traditionnels nomades

Une surprise nous attend au matin du 3ème jour, alors que nous commençons à ne plus du tout sentir les effets du jet-lag. Ce n’est pas prévu au programme de notre tour-opérateur, mais une ville proche de là où nous sommes célèbre aujourd’hui la fête nationale par des jeux traditionnels mongols ! Notre guide Tseegui nous propose de nous y rendre… Le groupe accepte sans hésitation !!!

mongolie
Les ados du coin ne sont pas en mobylettes mais à cheval

Les jeux traditionnels comportent 3 épreuves : la course des chevaux de 6 ans, la lutte mongole, et le tir à l’arc. Nous arrivons juste à temps sur le lieu de départ de la course. 28 km de galop attendent les montures, dont les cavaliers ont entre 5 et 12 ans seulement !

De nombreux mongols ont fait le déplacement. Alors que le départ est donné, nous repartons pour nous rendre sur le lieu de l’arrivée de la course, mais il y a des bouchons sur la route (qui l’eut crû en Mongolie) ! Qu’à cela ne tienne, nos chauffeurs quittent le bitume pour rouler à fond sur la steppe, nous faisant rebondir au gré des bosses en doublant tout le monde pour arriver à temps ! Un super moment de rire et d’excitation (et un peu d’inquiétude au moment de franchir les fossés qui nous séparent de la route). On commence alors à comprendre que nos chauffeurs sont de vrais pros du UAZ !

course mongole
La majesté des cavaliers mongols

L’arrivée de la course des chevaux est matérialisée tout simplement par les voitures du public, garées en entonnoir. Le vent soulève des bourrasques de sable au point que je dois protéger mon appareil photo tandis que nous attendons fiévreusement le vainqueur en compagnie des habitants. La tension est palpable !

course mongole
Accessoirement, l’homme à droite m’a proposé de l’épouser !

La voiture qui guide les concurrents arrive enfin, suivie du vainqueur seul en tête, puis du peloton !

course mongole
course mongole
Le grand vainqueur
course mongole

Cela cravache sec tandis que nous crions « goug » à plein poumons pour les encourager et leur donner de la force ! Les tourbillons de sable, les cris, les chevaux qui trébuchent, les cavaliers qui tentent tout pour dépasser les autres à l’arrivée… C’est un moment magique qui restera gravé dans ma mémoire.

Nous allons assister ensuite aux épreuves de lutte mongole. Tout un cérémonial accompagne l’entrée sur la piste d’un combattant. Démarche de l’aigle, du faucon ou de l’éléphant, tout est bon pour impressionner son adversaire !

Une jeune fille m’aborde dans les gradins : elle est professeur d’anglais dans sa ville, et a super envie de discuter avec des étrangers. Je passe un bon moment avec elle, qui me bombarde de questions. Elle m’invite à venir boire de l’airag (lait de jument fermenté) avec sa famille, invitation que je dois malheureusement décliner, devant suivre le groupe. Je commence à réaliser ce que signifie l’hospitalité mongole !

Nous déjeunons entre les UAZ au milieu de la steppe, sous des bâches tendues. Pour fêter cette matinée de jeux et de joie, nos chauffeurs font circuler une bouteille de vodka. La suite du voyage s’annonce exceptionnelle avec cette première journée dans la steppe mongole !

Vous avez des questions pour organiser votre voyage en Mongolie ? Posez-les en commentaire, je vous répondrai avec plaisir !

Cet article vous a plu ? Partagez-le sur les réseaux sociaux !

On reste en contact ?

Inscrivez-vous à ma newsletter pour être tenu(e) au courant des nouveaux articles !

Inscription réussie !

Pin It on Pinterest

Share This