Fin novembre, début de l’hiver, pas encore Noël, météo morose… Et si on partait en voyage ? Boris et moi écrivons chacun la liste des destinations qui nous tentent, avant de les réunir et de voir si nous avons un pays en commun. C’est loupé ! De mon côté, j’ai tellement de beaux souvenirs de mon voyage en Mongolie, que j’ai remis le pays dans ma liste, accompagné par tous les pays d’Asie centrale… C’est décidé, nous poserons le pied au Kirghizistan au mois de mai !

Ne vous inquiétez pas si vous ne savez pas comment prononcer le nom du pays, nous non plus ! J’ai entendu plein de gens le dire d’une façon différente, mais je crois que la version française consiste à énoncer toutes les syllabes (un peu long), tandis qu’à l’anglaise vous pouvez zapper le « zi » pour raccourcir en « kir-ghis-tan »… A vous de voir !

Premières impressions kirghizes

C’est via Turkish Airlines que nous partons pour le Kirghizistan. Une courte escale à Istambul, une courte nuit dans l’avion, et nous voilà à Bichkek le 2 mai à 10h du matin. Depuis le petit aéroport, 3 moyens de rejoindre la ville : le taxi officiel, le taxi non-officiel et le bus. Pour une raison que j’ignore (jet-lag ?), nous nous laissons emmener plus ou moins contre notre volonté par un jeune kirghize très sympathique et pas du tout taxi. Après nous avoir amenés au bureau de change de l’aéroport (changez une petite somme pour le taxi, et le reste en ville !), il nous installe dans sa voiture, laisse les clés sur le contact pour que nous ayons la radio, et repart dans l’aéroport durant 20 bonnes minutes. Première impression kirghize… Nous changeons de voiture et de chauffeur (pourquoi ? aucune idée !) avant d’enfin partir.

place ala too bichkek
La place Ala-too, et la statue de Manas le puissant

Sa conduite est rapide, alors que de vieilles guimbardes se traînent à 50 km/h, le dépassement est aléatoire, et comme en Mongolie certaines voitures ont le volant à droite, et d’autres le volant à gauche… Parce que, pourquoi pas ? Mais nous avons déjà vu pire. Arrivés en ville, nous nous rendons compte que le chauffeur est complètement perdu. Nous finissons par lui indiquer l’hôtel nous-même grâce à l’appli Maps.me (gratuite même sans Internet). En ville, les artères principales sont goudronnées, mais les routes secondaires sont en terre, et cahoteuses.

bichkek

Nous logeons à l’Apple Hostel, recommandé par le Lonely Planet ainsi que par de nombreux voyageurs, car proche de la gare routière. Après s’être déchaussés dans le hall (nous verrons par la suite qu’enlever ses chaussures est la norme au Kirghizistan), nous allons prendre le petit-déjeuner dans le restaurant accolé à l’hôtel. Très peu cher (130 soms, ~1.65€), il sert des plats traditionnels, des raviolis, mais aussi de petites crêpes sucrées et des boissons chaudes. Pratique avec la fatigue du voyage !

bichkek apple hostel

Après une douche, nous nous autorisons une sieste de 2 heures, estimant qu’elle ne va pas nous empêcher de nous mettre à l’heure kirghize, et ressortons en début d’après-midi pour visiter le bazar de Bichkek et changer de l’argent.

Que faire à Bichkek en une après-midi ?

Nous sommes un peu stressés : il faut savoir que le bazar de Bichkek (Osh bazar) est apparemment le SEUL endroit du pays où ont lieu des arnaques, avec de faux policiers qui essayent de détrousser le voyageur. Comme nous allons changer suffisamment d’argent pour deux semaines, nous avons une grosse somme sur nous ! Je ne sais pas si c’est la fatigue, mais nous ne trouvons pas le marché attirant, même oppressant. Il y a plusieurs bureaux de change, mais rien n’est écrit en anglais. Le premier bureau refuse que nous changions de l’argent, sans que nous comprenions pourquoi. Tandis que le deuxième accepte. Nous sommes déboussolés !

bichkek

Nous décidons du coup de rapidement quitter le marché pour aller voir la grande place de Bichkek (place Ala-too), ainsi que les autres monuments de la ville. Au moins nous serons en plein air ! Architecture soviétique assez laide, ciel gris, statue de Lénine et de Marx, cette première journée est décidément un peu compliquée à vivre.

statue de lénine
Lenine, dans toute sa splendeur

Mais je suis rassérénée lorsqu’une femme vient nous aborder dans la rue pour le plaisir de discuter, lorsque je vois des hommes nettoyer au jet d’eau surpuissant une statue, ou encore cette galerie de tableaux tous plus kitsch les uns que les autres. Finalement, ils ont l’air sympa, ces kirghizes !

bichkek
Le légendaire WTF asiatique
bichkek galerie
Corrida, portrait de Staline, dauphins… Mais où donc les peintres puisent-ils leur inspiration ?

Nous aurons par ailleurs confirmation que la fatigue a joué sur nos impressions lors de cette première journée. Nous sommes en effet revenus à Bichkek à la fin de notre séjour. Ce jour-là, nous nous sommes promenés dans des quartiers verdoyants, dans un centre commercial ultra moderne vendant de grandes marques européennes, nous avons déjeuné dans un restaurant géorgien et dîné dans un bar à bières artisanales… Bichkek, la ville aux deux visages ! Et sans doute aux multiples facettes, pour les voyageurs au long cours qui auront le loisir d’y consacrer plus de deux après-midi 😊

Où dormir à Bichkek ?

  • Apple Hostel : une auberge de jeunesse bon marché (~20€ la nuit en chambre double), plutôt moderne, avec un assez bon anglais parlé. La cantine accolée est très peu chère et plutôt bonne, ce qui est pratique quand on est en transit. Proche de la gare routière et pas trop loin en taxi des lieux touristiques de Bishkek. On recommande !

Où manger à Bichkek ?

  • Ak-Bata : cantine chinoise proche de la place de la Victoire. Peu cher, assez bon.
  • Pur-Pur : excellent restaurant géorgien, vin maison assez surprenant. Nous nous sommes régalés avec leurs légumes bien assaisonnés.
  • Steinbräu : une réplique de brasserie allemande, avec une immense cuve à bière, toutes sortes de saucisses, une espèce de fontaine et des tables de pique-nique en bois à l’extérieur. Sympathique en fin de journée, mais assez vide lors de notre passage.
  • Save the ales : de vraies bonnes bières artisanales, beaucoup plus de monde, et une cuisine qui avait l’air bonne bien que nous ne l’ayons pas testée

Que faire à Bichkek ?

  • Bazar d’Och : à voir, même si nous étions sans doute trop fatigués pour apprécier
  • Place de la Victoire et place Ala-Too : à proximité, elles se parcourent à pied. Il est apparemment possible de voir la relève de la garde.
  • Musée des Beaux-Arts
  • Parc National d’Ala-Artcha : le plus proche de Bichkek pour des randonnées et excursions nature. Nous l’avons cependant zappé pour visiter d’autres lieux plus excentrés de la capitale.

Cet article vous a plu ? Donnez-moi un coup de main en le partageant 😉 !

On reste en contact ?

Inscrivez-vous à ma newsletter pour être tenu(e) au courant des nouveaux articles !

Inscription réussie !

Pin It on Pinterest

Share This