Pérou

Trek du Salkantay : en route vers le Machu Picchu !

Math2 comments75 views
salkantay trek

Après notre escapade sur le lac Titicaca, nous partons pour THE étape incontournable du Pérou, le seul et unique Machu Picchu ! Pour tout vous avouer, c’était une des parties du voyage qui m’attirait… le moins !

Je ne sais pas si c’est par simple esprit de contradiction mais j’ai souvent été déçue par les endroits les plus touristiques. Pour nous y rendre nous devons passer par l’étape la plus sportive de notre voyage : le trek du Salkantay à plus de 4500 mètres d’altitude

Préparer le trek du Salkantay

Nous étions 8 amis lors de ce voyage, par conséquent dans un soucis de simplicité nous avions réservé à l’avance le trek, sur internet. Pour cela, nous avons versé un acompte afin de bloquer la réservation. La veille du départ, à Cusco, nous avons rencontré notre guide afin qu’il nous briefe.

Sachez cependant que le centre-ville de Cusco compte des centaines d’agences dans lesquelles vous pouvez directement réserver pour un départ le lendemain, et sans doute négocier le prix !

salkantay

Le Salkantay culmine à 6271 mètres. Plusieurs alpinistes ont trouvé la mort en tentant l’ascension.

Le trek dure de 3 à 5 jours, et comprend ou non l’entrée et une journée sur le site du Machu Picchu. Nous avons choisi une option avec 3 journées de marche puis 1 journée au Machu Picchu, transports et repas inclus. Il nous a été proposé d’ajouter une journée supplémentaire pour visiter des plantations de café et rencontrer des familles de cultivateurs, mais nous avons zappé cette partie afin d’avoir un peu plus de temps pour nous reposer à Cusco ensuite.

salkantay

Le trek du Salkantay comprend des journées de marche de 5 à 9 heures et le passage du col du Salkantay à 4600 mètres d’altitude. Il faut donc être en bonne condition physique pour le réaliser car il y a beaucoup moins d’oxygène. Même en étant sportif, on est très vite essoufflé !

Pour ma part, je conseille d’emporter :

  • des bâtons de marche qui permettent de s’aider dans les montées mais aussi en descente, et de se rassurer pour les quelques passages vertigineux
  • le sac de couchage peut être loué à l’agence, ce que je conseille car ce sont des sacs spécifiques pour les températures très basses (le trek comporte une nuit à 3900 mètres d’altitude)
  • prenez de bonnes chaussures de rando (pas toutes neuves !)
  • crème solaire et lunettes de soleil
  • gros pull en polaire, bonnet et coupe-vent mais aussi des vêtements légers, et de l’anti-moustique

Sachez que des mules portent votre sac durant la marche donc ce n’est pas grave si vous êtes chargé. Il faut par contre prévoir un 2e sac à dos léger pour la journée.

1er jour, c’est simple en fait !

Réveil 5h du matin (c’est presque une habitude au Pérou…), nous partons pour 3h30 de minibus en direction de Marcoccasa, village de départ du trek. Et comme d’habitude, tout le monde roupille sauf lors de la pause petit-dej au milieu de nowhere. On a tous conscience qu’il va falloir être en forme pour les prochains jours !!!

salkantay

hey ho, hey ho, on rentre du boulot (voilà, c’est ce que m’inspire cette photo)

Après avoir confié nos sacs aux mules et muletiers, nous partons sous un ciel couvert et un temps humide. Le paysage n’est pas extraordinaire au début, mais lorsque le sommet enneigé du Salkantay apparaît dans la brume, je me dis que cela n’est finalement pas si mal !

salkantay

C’est joli, mais je deviens exigeante…

salkantay

… Et là, le Salkantay se dévoile dans la brume… Superbe !

Nous arrivons vers 15h au campement du soir à 3900 mètres d’altitude. Les muletiers nous ont depuis bien longtemps précédés, ils font le trek presque 10 fois par mois, c’est une simple promenade de santé pour eux !

Ils ont monté nos tentes et procèdent à la distribution des duvets. Lorsqu’on ne marche plus il fait froid, je m’endors dans ma polaire, dans mon sous-sac en polaire, dans mon sac de couchage !

La 1ère journée de marche m’a semblé simple. L’altitude s’est pourtant rappelée à moi subitement alors que je marchais d’un bon pas en parlant et en riant, la tête m’a d’un coup tournée avec un léger voile devant les yeux… Je me suis alors contrainte à marcher plus lentement pour éviter de tourner de l’œil !

2e jour, ça se complique sacrément…

salkantay

Lever de soleil sur le campement

Re-réveil 5h du matin, la 2ème journée est la plus difficile du trek avec le passage du col du Salkantay à 4600 mètres d’altitude et 9 heures de marche. Pas de bol, nous avons été malades durant la nuit et sommes vraiment patraques au réveil.

A posteriori, l’explication est simple : en altitude, les fonctions digestives se ralentissent. Il faut donc éviter de manger beaucoup pour ne pas être malade. Or, voulant préparer la marche nous avons mangé 2 assiettes de pâtes chacun la veille… Sachez qu’il faut donc manger léger en altitude !!!

salkantay

Nous partons haut les cœurs mais je sens déjà que le chemin va sembler loooooong jusqu’au col. On monte à la queue leu-leu avec les autres groupes (ce trek est le 2e le plus fréquenté après l’Inca Trail) et on souffre le plus silencieusement possible.

Plus on approche et plus chaque pas est difficile, et la neige ne facilite pas la tache. Sur les 200 derniers mètres, je me suis arrêtée tous les 15 pas pour reprendre mon souffle. Le guide sort une bouteille de champagne au sommet, je suis trop morte pour prendre une coupe !

salkantay

Je ne m’attendais pas à voir de tels paysages au Pérou !!!

salkantay

Là on pense que le plus dur est fait, mais en fait pas du touuuut les amis ! Déjà il reste encore 2 heures de marche avant le déjeuner (aïe), puis 3h, le tout en descente dans des chemins de gros cailloux qui roulent sous les pieds !

Heureusement, la vue est superbe sur le sommet du Salkantay. Au fur et à mesure que l’on descend, le paysage se transforme. On quitte la haute altitude et la neige pour une forêt humide, c’est très perturbant ! L’arrivée au campement (et la douche !) est un soulagement. La nuit est salvatrice !

salkantay

Vue après le passage du col, vers la descente

salkantay

La vallée apparaît sous la couche de nuages

3e jour, bienvenue dans la jungle !

salkantay

Alors que la veille nous marchions dans la neige, nous marchons cette fois dans une ambiance moite, très moite, au milieu des plantations de café et des nuages de moustiques… Le contraste est saisissant !

J’ai bien récupéré de la veille et prend enfin plaisir à marcher. Pour toujours plus d’ambiance, notre guide sort une flûte de pan et joue des airs péruviens lorsque nous arrivons sur les ruines d’un site inca. Immersion garantie !

salkantay

Quelques ruines sur notre chemin 

salkantay

Au loin, le fameux !

Face à nous, au loin, le Machu Picchu ! On y sera le lendemain ! Nous croisons sur la route une habitation solitaire avec quelques poules, une mère et sa fille. Il y a beaucoup moins de touristes sur ce chemin, on se demande combien s’arrêtent chez elles…

salkantay

Nos pas nous mènent après une longue ascension puis une longue descente à la gare d’où part le train pour Agua Calientes, la ville au pied du Machu Picchu. Ce vieux train est assez mythique ! De nombreux voyageurs décident de relier Agua Calientes à pieds (4h environ), cependant pour les avoir vus marcher depuis le train la route n’a pas l’air très sympa car le long des rails, et dans les cailloux.

Nous arrivons à Agua Calientes fourbus mais enchantés de cette aventure sportive. Il faut se coucher tôt car le lendemain matin nous nous levons à… 4 heures pour aller au Machu Picchu. La suite au prochain épisode !

salkantay

Informations complémentaires

L’agence par laquelle nous avons réservée le trek se nomme Xtreme Tourbulencia.

Cliquez ici pour accéder au programme détaillé de notre trek !

Je la recommande caré le matériel de couchage (tente et duvet) était très confortable, tout comme la nourriture et l’itinéraire choisi, qui nous a permis d’être relativement seuls le 3e jour de marche !

Notre guide était un peu moins à l’écoute et présent qu’Eddie, notre guide en vallée de Colca, mais c’est sans doute dû au fait que c’est un trek extrêmement touristique proposé par des centaines d’agence. Par ailleurs, nous avons payé un peu moins cher que celui de Colca. Ce n’est pas une excuse, mais c’est la vie !

Et en best-of de fin d’article, une photo de moi morte dans la paille lors du 2e jour de marche, au déjeuner !!!

trek du salkantay

2 Commentaires

  1. Quelle aventure! Et la dernière photo de toi nous permet de nous rendre compte de la difficulté physique du trek. J’aurais bien aimé avoir une photo des muletiers, si c’est possible de réclamer 😉

    1. Je me suis littéralement endormie dans la paille alors que j’étais gelée en plus… Dur dur !
      Les muletiers non je n’ai pas hélas, ils n’étaient pas super commodes j’ai pas osé leur demander. D’ailleurs quand tu marches eux te doublent presque en courant avec leurs mules qui courent derrière, il faut s’écarter fissa !

Répondre

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.